Allergie au lait et intolérance au lactose

Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’entre 2% et 3% des enfants de moins de 3 ans sont allergiques au lait. Heureusement, les allergologues sont spécialement formés pour évaluer les allergies au lait et aux produits laitiers à tout âge.

Qu’est-ce que l’allergie au lait

intolerance-lactoseL’allergie au lait est une réaction anormale du système immunitaire de l’organisme au lait et aux produits contenant du lait. C’est l’une des allergies alimentaires les plus courantes chez les enfants. Le lait de vache est la cause habituelle d’allergie au lait, mais le lait de brebis, de chèvres, de buffles et d’autres mammifères peut aussi provoquer une réaction.

Une réaction allergique survient habituellement peu de temps après que vous ou votre enfant ayez consommé du lait. Les signes et symptômes d’allergie au lait varient de légers à graves et peuvent inclure une respiration sifflante, des vomissements, de l’urticaire et des problèmes digestifs. L’allergie au lait peut aussi causer un choc anaphylactique, une réaction grave qui met la vie en danger.

Les symptômes de l’allergie au lait

Les symptômes d’allergie au lait, qui diffèrent d’une personne à l’autre, se manifestent de quelques minutes à quelques heures après que vous ou votre enfant ayez bu du lait ou mangé des produits laitiers.

Les signes et symptômes immédiats d’une allergie au lait peuvent inclure :

  • Respiration sifflante
  • Démangeaisons ou picotements autour des lèvres ou de la bouche
  • Gonflement des lèvres, de la langue ou de la gorge
  • Toux ou essoufflement
  • Vomissements

Les signes et les symptômes qui peuvent prendre plus de temps à se développer incluent :

  • Selles molles ou diarrhée, qui peuvent contenir du sang
  • Crampes abdominales
  • Nez qui coule
  • Yeux larmoyants
  • Coliques, chez les bébés

Diagnostic de l’allergie au lait

Lors de votre rendez-vous, votre allergologue vous demandera notamment ce que vous avez mangé, quels symptômes vous avez ressentis, combien de temps les symptômes ont duré et ce que vous avez fait pour les soulager. Les tests d’allergie les plus courants sont une piqûre cutanée ou une analyse sanguine ; tous deux recherchent la présence d’anticorps immunoglobulines E (IgE), qui se développent lorsque votre corps est exposé à une substance à laquelle il est sensible. Ces anticorps déclenchent la libération de produits chimiques qui provoquent des symptômes allergiques.

Dans le test de piqûre cutanée, un liquide contenant du lait ou un extrait de protéine de lait est placé sur votre avant-bras ou votre dos. Votre peau est piquée avec une petite sonde stérile, permettant au liquide de s’infiltrer dans votre peau. Si vous développez une plaie surélevée et rougeâtre, généralement dans les 15 à 20 minutes qui suivent, cela peut indiquer une allergie. Lors d’un test sanguin, un échantillon de sang est analysé pour détecter la présence d’anticorps IgE. Les résultats sont rapportés sous forme de valeur numérique.

La recherche suggère que certains types de protéines du lait (caséine et deux protéines présentes dans le lactosérum, alpha-lactalbumine et bêta-lactalbumine) sont plus susceptibles de provoquer des réactions graves. Un nouveau type de test sanguin, appelé test de composants, peut aider l’allergologue à déterminer votre risque de réaction grave en recherchant des allergies à ces protéines spécifiques.

Un autre test que votre allergologue pourrait commander est un défi alimentaire oral. Sous surveillance médicale, vous mangerez de petites quantités d’une substance contenant du lait ou une poudre de lait pour voir si une réaction se développe. En raison de la possibilité qu’une réaction puisse être grave, ce test est effectué dans le bureau de votre allergologue ou dans un centre de provocation alimentaire avec de l’équipement d’urgence et des médicaments à portée de main.

Gestion et traitement de l’allergie au lait

Éviter le lait ou les produits contenant des produits laitiers est la seule façon de gérer une allergie au lait. Les personnes allergiques au lait et les parents d’enfants allergiques doivent lire très attentivement les étiquettes des ingrédients.

allergie-laitLe lait est l’un allergènes pour lesquels des exigences en matière d’étiquetage sont prévues afin que les produits alimentaires contenant du lait comme ingrédient incluent la présence de lait ou de produits laitiers, en langage clair, sur l’étiquette des ingrédients.

Il existe deux principaux types de protéines du lait : la caséine et le lactosérum. La caséine, la partie « solide » du lait, représente environ 80 pour cent des protéines du lait. Les protéines de lactosérum, que l’on trouve dans la partie liquide du lait, constituent les 20 % restants. Les protéines du lait se trouvent dans de nombreux aliments, y compris tous les produits laitiers, et dans de nombreux endroits où on ne s’y attend pas. Par exemple, certaines conserves de thon, de saucisses, de viandes et d’autres produits non laitiers peuvent contenir de la caséine. Les mélanges à boissons et les boissons pour le culturisme et les boissons énergisantes contiennent généralement du lactosérum. Des protéines de lait ont également été trouvées dans certains chewing-gums.

Certaines entreprises peuvent volontairement indiquer que leurs produits alimentaires « peuvent contenir des traces de lait » ou qu’ils sont fabriqués dans une installation qui transforme également du lait, bien que la loi n’exige pas de telles mises en garde.

Les allergies alimentaires (y compris au lait) sont les causes les plus fréquentes d’anaphylaxie, une réaction allergique qui peut mettre la vie en danger. Les symptômes comprennent un gonflement des voies respiratoires, entravant la capacité de respirer, et une chute soudaine de la tension artérielle, causant des étourdissements et des évanouissements. Un allergologue conseillera aux patients souffrant d’une allergie alimentaire d’emporter un auto-injecteur contenant de l’épinéphrine (adrénaline), qui est le seul traitement pour le choc anaphylactique, et leur apprendra comment l’utiliser. Si un enfant est allergique, les enseignants et les personnes qui s’occupent de lui doivent également être informés de son état.

Certaines personnes souffrant de cette allergie peuvent tolérer des aliments contenant du lait qui a été fortement chauffé, comme un muffin cuit au four. Néanmoins, les personnes allergiques aux protéines du lait devraient consulter un allergologue avant de déterminer si elles devraient complètement éviter le lait et les autres produits laitiers.

Le lait est un ingrédient assez facile à remplacer dans les recettes. La plupart des recettes qui demandent du lait peuvent tout aussi bien réussir en remplaçant l’équivalent en eau, en jus ou en lait de soja ou de riz. Si votre nourrisson est allergique au lait, demandez à votre pédiatre quelle préparation utiliser. Souvent, une préparation élémentaire fortement hydrolysée ou une préparation à base d’hydrolysat de caséine est recommandée en cas d’allergie au lait chez les nourrissons, car les protéines contenues dans ces préparations ont été largement décomposées. Sinon, le médecin de votre nourrisson peut recommander une préparation à base de soja.

Allergie au lait ou intolérance au lactose ?

Les allergies au lait ou aux produits laitiers et l’intolérance au lactose ne sont pas liées.

Les personnes allergiques au lait ou aux produits laitiers présentent des symptômes parce que leur système immunitaire réagit comme si le lait et les autres produits laitiers étaient des envahisseurs dangereux. Cette réaction peut causer de l’urticaire, des maux d’estomac, des vomissements, des selles sanglantes et même un choc anaphylactique – une réaction allergique mettant la vie en danger.

Les personnes intolérantes au lactose ne peuvent digérer le sucre contenu dans le lait (lactose) parce qu’elles présentent une carence en lactase, une enzyme produite par les cellules de la paroi de l’intestin grêle. La lactase est nécessaire pour métaboliser le lactose. L’absence de cette enzyme – qui peut parfois n’être que temporaire en raison d’une infection – provoque des symptômes tels que des gaz abdominaux, de la diarrhée ou des crampes abdominales.

Si vous souffrez de problèmes digestifs après avoir mangé ou bu des produits laitiers, essayez de suivre votre alimentation et de noter comment votre corps réagit aux aliments que vous consommez. Vous pouvez aussi essayer d’éliminer temporairement les produits laitiers – lait, fromage et yogourt, par exemple – de votre alimentation et voir si vos symptômes s’améliorent.

Allergie aux fruits du groupe latex

Il est tout à fait possible de rencontrer certaines allergies à des fruits et légumes. Cela peut concerner le groupe des fruits et graines avec du latex. En effet, on appelle cette réaction croisée le syndrome fruits-latex.

Certaines personnes qui sont allergiques au latex rencontrent une haute sensibilité au niveau de ces aliments et il faut donc se montrer très vigilent avec des fruits que vous allez consommer frais car il peut y avoir des traces de latex.

L’allergie au latex-fruit

Au cours de la dernière décennie, l’allergie au latex a été reconnue comme un problème médical très important. De nombreuses études ont porté sur les réactions croisées allergiques entre les aéroallergènes et les aliments. Dans ce contexte, il existe maintenant des preuves évidentes de l’existence d’une association clinique significative entre les allergies au latex et aux fruits. Par conséquent, un syndrome latex-fruit a été établi.

allergie-fruit-latexPlusieurs études ont démontré que de 20 % à 60 % des patients allergiques au latex présentent des réactions à une grande variété d’aliments, principalement des fruits. Bien que les aliments en cause varient d’une étude à l’autre, la banane, l’avocat, la châtaigne et le kiwi sont les plus fréquemment concernés. Les manifestations cliniques de ces réactions peuvent varier du syndrome d’allergie orale aux réactions anaphylactiques sévères, qui ne sont pas rares, ce qui souligne la pertinence clinique de ce syndrome.

Le diagnostic d’hypersensibilité alimentaire associée à l’allergie au latex est fondé sur les antécédents cliniques d’effets indésirables immédiats, ce qui suggère une sensibilité à médiation IgE. Le test piqûre par piqûre avec les aliments frais impliqués dans les réactions montre une concordance de 80% avec le diagnostic clinique, et donc il semble être le meilleur test de diagnostic disponible de nos jours afin de confirmer la suspicion d’allergie au latex-fruit.

Une fois le diagnostic posé, une alimentation exempte des fruits incriminés est obligatoire. Récemment, certains des allergènes courants responsables des réactions croisées entre le latex et les fruits les plus fréquemment impliqués dans le syndrome ont été identifiés. Les chitinases de classe I, dont le domaine ressemble à celui de l’hévéine N-terminale, qui réagissent avec l’hévéine, un allergène majeur du latex, semblent être les panallergènes responsables du syndrome latex-fruit.

Exemples de fruits du groupe latex avec risque d’allergie

  • Le kiwi,
  • le melon,
  • la mangue,
  • la pêche,
  • l’avocat,
  • les fruits de la passion,
  • la figue,

sont des fruits qui présentent le plus de risque d’allergie en raison de la présence de latex. Il faudra donc vous montrer vigilent pour ces aliments. Nous vous avons préparé quelques explications sur les symptômes afin de vous aider à identifier ce type d’allergie.

Symptômes de l’allergie aux fruits du groupe latex

Si vous rencontrez une allergie aux fruits contenant du latex, vous verrez rapidement certains symptômes. Cela peut se traduire par une forme d’urticaire, de l’eczéma ou des problèmes respiratoires comme l’asthme et la rhinite. Mais il arrive que certaines personnes aient des troubles gastriques comme des nausées, de la diarrhée ou même des vomissements.

Dans certains cas très rares, vous pouvez avoir un choc anaphylactique mais cela n’est pas le symptôme principal pour une allergie. Il ne faut donc pas s’inquiéter.

Comment diagnostiquer ce type d’allergie ?

Si vous rencontrez un ou plusieurs symptômes pouvant montrer une certaine allergie aux fruits du groupe latex, il faudra réagir au plus vite pour savoir si cela est bien lié. Vous pouvez contacter votre médecin et prendre rendez-vous avec un allergologue pour qu’il effectue un dépistage cutané ou un test sanguin.

Vous pouvez par exemple avec un prick-test qui est un dépôt de quelques gouttes d’extraits allergéniques sur votre avant-bras. Vous aurez ensuite un prélèvement de votre épiderme pour savoir si vous êtes allergique ou non à certaines substances.

Le patch-test va mettre en contact un pansement avec votre peau pour voir si certains allergènes provoquent des réactions. Cela peut durer de 24 à 72 heures.

Enfin, le test sanguin va aider à identifier les anticorps responsables de vos réactions, c’est-à-dire les immunoglobulines E.

Comment gérer l’allergie aux fruits latex ?

Le traitement de l’allergie au latex est l’évitement pour éviter une crise d’allergie. Il existe la possibilité d’une immunothérapie, c’est-à-dire d’une vaccination avec des protéines de latex pour favoriser la désensibilisation.

Une fois l’allergie au latex diagnostiquée, la base du traitement est l’évitement total de tout produit en latex. Cela peut être très difficile, en raison du grand nombre de produits autour de nous qui contiennent du latex.

Les réactions allergiques au latex sont traitées comme toute autre réaction allergique, avec des médicaments appropriés pour réduire les symptômes de la réaction. Les réactions bénignes disparaissent habituellement avec les antihistaminiques, les corticoïdes et/ou les inhalateurs bronchodilatateurs, mais les réactions graves nécessitent l’administration d’adrénaline, rapidement après le début de la réaction. Les patients doivent disposer d’adrénaline auto-injectable pour pouvoir l’administrer si nécessaire.

Au cours des dernières années, un vaccin sublingual a été développé pour traiter l’allergie au latex. Bien qu’il ait été prouvé qu’il réduisait la sensibilité clinique des patients, des effets indésirables ont été détectés, ce qui signifie que pour le moment son utilisation n’a pas été généralisée.

Allergie à la sueur : Quels sont les symptômes et que faire pour l’éviter ?

La transpiration provoque parfois des éruptions cutanées sur notre corps, des démangeaisons et des rougeurs de la peau.

Vous faites du sport, vous êtes nerveux à l’idée de cette réunion de travail, ou vous avez chaud parce que l’été approche et que soudain votre peau commence à vous démanger, à rougir et à vous mettre mal à l’aise, et c’est là que vous vous demandez vous êtes allergique à votre sueur ?

Qu’est-ce que l’allergie à la sueur ?

Read more…

Allergie au chien et aux poils de chien : explications et conseils

La France est le pays de l’Union européenne où se trouve le plus grand nombre d’animaux domestiques soit un total de 61.6 millions. Ce qui signifie tout de même qu’un quart de nos foyers est habité par un animal de compagnie.

Toutes espèces confondues, le chien est la 3ème cause d’allergie chez l’humain, après les acariens et les pollens et touche environ 3% de la population française.

Parmi ces animaux partageant notre quotidien, le chien est le 3e animal allergène, arrivant après le chat et avant le cheval.

Cet article vous fournira des explications quant à cette allergie, mais également quelques conseils à appliquer pour vous aider à continuer de cohabiter avec votre animal.

L’allergie, cet obstacle à l’amitié homme/chien

chien-allergene Read more…

Allergie aux noix, la détecter et la gérer

Les allergies alimentaires touchent beaucoup de monde. Parmi elles, l’allergie aux noix, elle est l’une des plus fréquentes et peut provoquer chez certains des réactions très dangereuses, voire mortelles. Les personnes qui en sont victime sont souvent en danger, car on retrouve de la noix dans énormément de produits alimentaires. Voyons comment reconnaître l’allergie aux noix et comment vous en protéger.

Petits rappels à propos de l’allergie aux noix

Read more…

Allergie aux pollens

Les arbres sont en fleurs, les champs sont remplis de fleurs sauvages,  la nature déborde de verdure, et vous comme chaque année à cette période vos yeux pleurent, votre nez coule et les éternuements sont incessants. Vous aimeriez pouvoir profiter du beau temps, mais vous finissez malheureux chaque fois que vous sortez. Sans doute souffrez-vous d’allergie aux pollens ! Comment vous soulager ? Réponses ci-dessous

Qu’est-ce que l’allergie aux pollens ?

eternuement-pollenLe pollen est l’un des déclencheurs les plus courants des allergies saisonnières. Beaucoup de gens connaissent l’allergie au pollen comme le « rhume des foins« . Les experts appellent généralement l’allergie au pollen rhinite allergique saisonnière.

Chaque printemps, été et automne, les plantes libèrent de minuscules grains de pollen pour fertiliser d’autres plantes de la même espèce. La plupart des pollens qui causent des réactions allergiques proviennent des arbres, des mauvaises herbes et des graminées. Ces plantes produisent de petits grains de pollen légers et secs qui voyagent avec le vent.

Quelles sont les graminées, herbes et arbres qui provoquent l’allergie ?

Il existe des centaines d’espèces végétales qui libèrent du pollen dans l’air et déclenchent des réactions allergiques. Voici quelques-uns des coupables les plus courants:

  • Les graminées sont la cause la plus fréquente d’allergie.
  • L’herbe à poux est une cause principale d’allergies aux mauvaises herbes.
  • Parmi les autres sources courantes de pollen de mauvaises herbes, mentionnons l’armoise, l’amarante, le chénopode blanc et l’amarante à feuilles larges.
  • Certaines espèces d’arbres, dont le bouleau, le cèdre et le chêne, produisent également du pollen hautement allergène.
  • Les plantes fertilisées par des insectes, comme les roses et certains arbres à fleurs, comme les cerisiers et les poiriers, ne causent généralement pas de rhinite allergique.

Allergie aux pollens de graminées

allergie-aux-pollensL’herbe est le principal déclencheur des allergies au pollen pendant les mois d’été.

Elle cause certains des symptômes les plus graves et les plus difficiles à traiter. Les injections et les comprimés d’allergie peuvent être très efficaces pour soulager les symptômes des allergies aux pollens de graminées.

Allergie au pollen d’ambroisie

Les plantes d’herbe à poux sont les principaux responsables des allergies parmi les pollens de mauvaises herbes. Ils sont les plus actifs entre la fin du printemps et l’automne.

Cependant, selon l’endroit, l’herbe à poux peut commencer à répandre son pollen dès la dernière semaine de juillet et se poursuivre jusqu’à la mi-octobre. Son pollen poussé par le vent peut parcourir des centaines de kilomètres et survivre à un hiver doux.

Allergie au pollen de bouleau

Le pollen de bouleau est l’un des allergènes les plus courants dans l’air au printemps. Lorsque les arbres fleurissent, ils libèrent de minuscules grains de pollen qui sont dispersés par le vent.

Un seul bouleau peut produire jusqu’à 5 millions de grains de pollen, avec de nombreuses distances de déplacement allant jusqu’à 100 mètres de l’arbre parent.

Allergie au pollen de chêne

Comme les bouleaux, les chênes envoient du pollen dans l’air au printemps.

Bien que le pollen de chêne soit considéré comme légèrement allergène par rapport au pollen d’autres arbres, il reste dans l’air pendant de plus longues périodes. Cela peut causer de graves réactions allergiques chez certaines personnes allergiques au pollen.

Qu’est-ce qu’un taux de pollen ?

Le taux de pollen est la quantité de pollen dans l’air. Ceci est souvent rapporté pendant la saison pollinique sur les prévisions météorologiques locales. Parfois, les principaux types de pollen sont également signalés.

Quels sont les symptômes de l’allergie au pollen ?

nez-coule-allergieLes personnes allergiques au pollen ne présentent des symptômes que lorsque les pollens auxquels elles sont allergiques sont dans l’air. Les symptômes comprennent :

  • Écoulement nasal et production de mucus
  • Éternuement
  • Démangeaisons au nez, aux yeux, aux oreilles et à la bouche
  • Nez bouché (congestion nasale)
  • Yeux rouges et larmoyants
  • Gonflement autour des yeux

Pourquoi le pollen vous fait-il éternuer ?

Le pollen est libéré dans l’air par les arbres, les graminées et les mauvaises herbes pendant la pollinisation. C’est dans l’air que nous respirons, et c’est généralement inoffensif. Sauf si vous avez une allergie au pollen, ou « rhume des foins ». Dans ce cas, le pollen peut vous faire éternuer.

Lorsque le pollen pénètre dans votre nez, il crée de l’irritation. Le système immunitaire confond pollen et germes envahissants. Cela déclenche la libération de produits chimiques comme l’histamine, qui alertent le cerveau qu’un éternuement est nécessaire pour forcer le pollen à sortir. Si vous inspirez plus de pollen à chaque nouvelle inspiration, vous continuerez à éternuer.

Pensez à éternuer comme un avertissement que vous respirez une forte concentration de pollen. La solution à court terme est de sortir de cet environnement. Mais à long terme, il est préférable de déterminer les types de pollen auxquels vous êtes allergique et, si possible, d’éliminer les sources.

Comment les médecins diagnostiquent-ils l’allergie au pollen ?

Les médecins utilisent deux tests pour diagnostiquer une allergie au pollen.

Test de la piqûre cutanée

Lors d’un test de piqûre ou de grattage, une infirmière ou un médecin dépose une petite goutte de l’allergène possible sur votre peau. Ensuite, l’infirmière piquera ou grattera légèrement la tache avec une aiguille à travers la goutte. Si vous êtes allergique à la substance, vous développerez des rougeurs, une enflure et des démangeaisons en moins de 20 minutes. Vous pouvez aussi voir une papule, une zone surélevée et ronde. Habituellement, plus la papule est grosse, plus vous êtes susceptible d’être allergique à l’allergène.

Test sanguin IgE spécifiques

Les analyses sanguines sont utiles lorsque les gens ont une affection cutanée ou prennent des médicaments qui interfèrent avec les tests cutanés. Ils peuvent également être utilisés chez les enfants qui ne tolèrent pas les tests cutanés. Votre médecin prélèvera un échantillon de sang et l’enverra à un laboratoire. Le laboratoire ajoute l’allergène à votre échantillon de sang. Ensuite, ils mesurent la quantité d’anticorps que votre sang produit pour attaquer les allergènes. Ce test est appelé test sanguin aux IgE spécifiques.

Comme pour les tests cutanés, un test sanguin positif à un allergène ne signifie pas nécessairement qu’un allergène a causé vos symptômes.

Comment puis-je prévenir une réaction allergique au pollen ?

Vous pouvez prendre certaines mesures pour réduire les réactions allergiques au pollen :

  • Vérifiez le temps qu’il fait. Votre bulletin météorologique local devrait indiquer s’il s’agit d’une journée avec un taux de pollen élevé ou faible. Limitez vos activités de plein air lorsque le taux de pollen est élevé. Cela diminuera la quantité d’allergène de pollen que vous inhalez et réduira vos symptômes. Restez à l’intérieur autant que vous le pouvez. Le travail de jardinage peut attendre.
  • Gardez les fenêtres fermées pendant la saison pollinique et utilisez la climatisation centrale avec un filtre CERTIFIÉ pour l’asthme et les allergies. Ceci s’applique à votre domicile et à tout véhicule (voiture, autobus, train, etc.).
  • Ne suspendez pas votre linge sur une corde à linge pour qu’il sèche ou il ramassera le pollen ; utilisez le sèche-linge.
  • Si vous avez passé du temps à l’extérieur, changez vos vêtements, prenez une douche et lavez-vous les cheveux avant de vous coucher.
  • Si vous ne le faites pas, vous transférerez du pollen sur votre oreiller et vos couvertures et vous le respirerez toute la nuit.
  • Si vous laissez votre animal de compagnie passer du temps dehors, ne le laissez pas entrer dans votre chambre.
  • Portez des lunettes de soleil pour protéger vos yeux et un chapeau pour protéger vos cheveux du pollen.
  • Commencez à prendre des médicaments contre les allergies avant le début de la saison pollinique. La plupart des médicaments contre les allergies fonctionnent mieux lorsqu’ils sont pris de cette façon. Cela permet au médicament d’empêcher votre corps de libérer de l’histamine et d’autres produits chimiques qui causent vos symptômes.

Médicaments peuvent aider à réduire les symptômes d’allergie au pollen

Irrigation nasale

Rincez vos sinus à l’aide d’une bouteille à pression ou d’un autre appareil contenant une solution d’eau salée (saline). Assurez-vous d’utiliser de l’eau distillée ou stérile. Si vous utilisez l’eau du robinet, vous devez la faire bouillir et la laisser refroidir avant de l’utiliser. Assurez-vous de nettoyer l’ustensile après chaque utilisation, en utilisant également de l’eau distillée, stérile, bouillie ou filtrée.

Médicaments

  • Les antihistaminiques bloquent l’histamine produite par votre corps.
  • Si votre nez est bouché, les décongestionnants peuvent vous aider à mieux respirer. Certains vaporisateurs nasaux aident aussi à soulager les symptômes d’allergie.
  • Certains médicaments  bloquent les produits chimiques autres que l’histamine qui peuvent déclencher des allergies.
  • D’autres traitent les symptômes causés par certains types de mauvaises herbes ou de pollen de graminées.

L’immunothérapie ou désensibilisation

De nombreuses personnes allergiques au pollen n’obtiennent pas un soulagement complet de leurs médicaments. Cela signifie qu’ils peuvent être candidats à l’immunothérapie. L’immunothérapie est un traitement à long terme qui peut aider à prévenir ou à réduire la gravité des réactions allergiques. Il peut modifier l’évolution de la maladie allergique en modifiant la réponse immunitaire de l’organisme aux allergènes.

Injections désensibilisantes

L’immunothérapie existe depuis plus de 100 ans et peut procurer un soulagement durable des symptômes. Vous irez chez l’allergologue toutes les quelques semaines pour que le médecin vous injecte une petite quantité d’allergène sous votre peau. Cette série de piqûres contiennent des quantités de plus en plus importantes plus importantes d’allergènes. Après quelques mois, votre corps devrait s’habituer et vos symptômes devraient s’améliorer. Avec le temps, les symptômes allergiques s’atténuent généralement. De nombreux patients ressentent un soulagement complet dans un délai d’un à trois ans après le début du traitement. De nombreuses personnes en retirent des bienfaits pendant au moins plusieurs années après l’arrêt des injections.

L’immunothérapie allergénique – ou les injections allergéniques – sont très efficaces chez des patients soigneusement sélectionnés. La diminution des symptômes et des complications, le regain de productivité et l’amélioration de la qualité de vie l’emportent largement sur les coûts des injections.

L’immunothérapie sublinguale

L’immunothérapie sublinguale consiste à placer un comprimé contenant l’allergène sous la langue pendant 1 à 2 minutes, puis à l’avaler.  Ce traitement offre aux personnes souffrant de ces allergies une alternative potentielle aux injections allergiques.

Conclusion

Si vous pensez que vous ou un de vos proches souffre d’allergie aux pollens, aux graminées, aux arbres, faites un test afin de pouvoir être soulager par un des traitements expliqué ci-dessus.

 

 

Allergie aux poils de chat

allergique-poils-chatLe chat est l’un des principaux animaux de compagnie, ce félin est beau et très aimable mais il peut être l’origine de vos cauchemars ! Parce qu’il peut provoquer une allergie pour les personnes qui l’adoptent. L’allergie aux poils de chat est l’allergie aux animaux la plus fréquente. Des traitements peuvent les soulager, mais éviter les chats reste le meilleur choix pour les personnes allergiques.

Qu’est-ce que l’allergie aux poils de chat ?

Read more…

Allergie aux antibiotiques, à la Pénicilline

On entend souvent des personnes qui déclarent avoir une allergie à une famille d’antibiotiques appelée les « Pénicillines ». Découverte dès le jeune âge suite à la prescription d’un médecin pour une « angine » ou une « bronchite », l’allergie aux Pénicillines reste la plus fréquente des allergies médicamenteuses.

Histoire et propriétés des Pénicillines

allergie-antibiotiques Read more…

Allergie aux acariens

La poussière de maison est une mine d’or où l’on retrouve diverses particules en tous types comme des moisissures, pollens, débris de peau ou de cheveux, pellicules, spores de champignons, plumes, virus et bactéries, mais également des acariens. Ces derniers représentent la grande partie de la poussière de maison.

Qu’est-ce qu’un acarien ?

allergie-acariens Read more…